Anti-illuminati : le forum

Réseau d'information indépendant et libre - Combat contre le Nouvel Ordre Mondial
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 IRAN: conflit programmé et manipulation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
djo

avatar

Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 30/08/2005

MessageSujet: IRAN: conflit programmé et manipulation   Lun 2 Jan à 8:37

Citation :
BILDERBERG 2005- Tournant de la Civilisation

LE DOCTEUR FOLLAMOUR PREPARE SES B2


http://www.upi.com/SecurityTerrorism/view....30-112208-8968r
Les médias allemands disent que les USA se préparent à frapper l’Iran

By MARTIN WALKER
UPI Editor
US code copyright 7ss107


WASHINGTON, Dec. 30 (UPI) – l ’administration Bush
Prepare ses allies de l’OTAN pour une frappe militaire possible contre les sites nucléaires suspectés en Iran, selon les médias allemands,
Renforçant ainsi de telles suggestions qui avaient été publiées dans la presse turque un peu plus tôt.

Le quotidien Berlinois ‘ Der Tagesspiegel’ a cite des
"sources de renseignement de l’ OTAN" qui prétendent que les “allies”
de l’OTAN ont été informés que les USA sont actuellement
en traind e se renseigner au sujet de toutes les possibilités
d’affronter le régime dirigé par les mollah, en employant des moyens militaries
.
Le respecté hebdomadaire “Der Spiegel” note "Ce qui est neuf
Ici est que Washington dépêche des officiels de haut niveau
Pour préparer ses allies en ce qui concerne une attaque possible plutôt
Que de se baser sur le fait que les USA pourraient agir comme il y a 18 mois
."

L’agence de presse allemande DDP a cité "des sources de sécurité
occidentale" pour prétendre que le directeur de la CIA
Porter Goss a demandé à la Turquie et son premier ministre
Recep Tayyip Erdogan de fournir un appui logistique et politique
Pour des frappes aériennes contre les installations nucléaires iraniennes
Ainsi que des cibles militaires. Goss, qui a rendu visite à
Ankara et a rencontré Erdogan le 12 Dec.2005 ,
Est également sensé avoir demandé à son allié Turc une collaboration
Spéciale des services de renseignement turcs pour aider à préparer les opérations et les diriger.

Le rapport de l’agence DDP a ajouté que Goss avait deliver
Au premier ministre turc et ses aides de sécurité une série de dossiers, un sur le dernier statut de l’évolution nucléaire de l’Iran et un autre
Contenant des renseignements sur de nouveaux liens entre
L’Iran et Al Quaeda ( on recommence…).

DDP cite des sources de sécurité allemande qui ont ajouté
Que les turcs ont été assurés d’être prévenus à l’avance
Des dates de frappe aérienne, et qu’ils ont reçu également
“un feu vert” pour monter des opérations contre les bases du PKK en Iran
, (parti des travailleurs du Kurdistan), que la Turquie voit comme
un groupe séparatiste responsables d’attaques à l’intérieur de la Turquie
.
[ il est curieux de constater que le nombre d’attentats du PKK a cru ces derniers temps, l’un des incidents voyant le terroriste rattrapé par la foule et excipant de sa qualité de membre des services secrets…je publierai le compte rendu si nécessaire]

La visite de Goss à Ankara a suivi les derniers soucis internationaux au sujet
Des derniers avis du Président Mahmoud Ahmadinejad au sujet d’Israël….

Dans un rapport du 23 décembre, l’agence DDP a cite
Un personnage de haut rang allemand laissé anonyme disant à son reporter: "Je serais vraiment très surpris si les américains, à mi terme, ne prenaient pas l’avantage de l’occasion fournie par les les Iraniens. Les américains doivent attaquer l’Iran avant que ce pays puisse fournir des armes nucléaires. Après cela serait trop tard. »

L’agence DDP rapporte aussi que différents amis parmi les gouvernements arabes, incluant l’Arabie Saoudite, Jordanie, Oman et le Pakistan,
Ont été informés en des termes généraux que le Pentagone
Préparait des plans de contingence incluant
"l’option de frappes aériennes," au cas où le gouvernement Iranien précipite une crise. [ ce qu’il faut traduire par une provocation montée par les services US]

Des sources diplomatiques arabes ont confirmé à United Press International
Qu’ils n’ont reçu aucun briefing sur les changements politiques autres que “toutes les options sont ouvertes”.

D’autres sources de l’OTAN ont dit que ceci "pouvait être de la musique d’ambiance destinée à renforcer la pression sur Téhéran ."

Mais la presse allemande spécule sur le nombre de visites de haut niveau en Turquie en décembre, incluant des voyages de Condoleezza Rice, de Porter Goss et du directeur du FBI Robert Mueller, qui a fourni des rapports US de renseignement au sujet du soutien iranien pour des opérations du PKK contre la Turquie. Il y a eu également des visites significatives de Turcs à Washington, comme rapporté par « Der Spiegel ».

"Il y a deux semaines, Yasar Buyukanit, commandant de l’armée Turque et probable chef d’état major des forces armies turques,à pris l’avion vers Washington. Après sa visite il a fait une declaration selon laquelle les relations entre l’armée Turque et US étaient au meilleur," rapporte Der Spiegel.

"Les mots chauds de Buyukanit, contrastaient avec ses commentaries antérieurs sur l’incapacité des américains et des kurdes en Irak du Nord à contenir le PKK dans la partie nord de l’Irak et empêchaient les Turcs de régler le problème par eux mêmes..," ajoutait le magazine allemand.

Le quotidien Turc Cumhuriyet rapportait le 13 décembre que: "Goss a demandé aussi à Ankara d’être prêt pour une opération aérienne contre l’Iran et la Syrie."

Der Spiegel notait Vendredi que le dernier visiteur de haut niveau chez le premier Turc était le bilderberger et secrétaire general de l’OTAN Jaap De Hoop Scheffer.
Ceci n’est pas inhabituel,car la Turquie est member de l’OTAN, mais la coincidence de ces divers voyages permet au “Spiegel” de commenter : "le nombre d’ américains et d’officiels de la sécurité de l’ OTAN SE RENDANT 0 Ankara augmente dramatiquement."


Notons que le journaliste expert en renseignement de l’agence DDP a curieusement fait l’objet de plusieurs perquisitions depuis que ces échos ont commence.

[ A l’analyse, le scénario de cette nouvelle agression des forces de l’OTAN serait le suivant : un attentat bidon ayant lieu sur le sol Turc, le PKK est rapidement incriminé et se servant du dossier remis par Goss et Mueller, l’Iran est désigné comme complice de celui-ci. Les forces Turques se mettent en marche vers le territoire Iranien alors que l’ Iran se déclare victime d’une agression turque et qu’à l’inverse les Turcs se proclament victime d’une agression Iranienne. Le Conseil de sécurité est activé et donne droit aux Turcs de détruire les camps d’entraînement en Iran. Sous la pression Iranienne, les Turcs sont obligés de faire demi tour et des éléments iraniens envahissent des parties de la frontière turque. Ankara demande alors à ses alliés de faire jouer la solidarité de l’OTAN ce qui est fait immédiatement et les réacteurs sont détruits. Le conseil de sécurité essaie alors d’obtenir un cessez le feu.
Le danger de ce beau plan est que l’Iran déclenche des révolutions et des guerres contre les croisés et leurs complices…Bonjour le conflit des civilisations]


CHEZ VOUS, Bientôt SUR VOS ECRANS.
Marek

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sucre

avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Re: IRAN: conflit programmé et manipulation   Sam 11 Mar à 0:51

J'ai reçu le message ci-dessous ce matin de stoppuce.be.


Citation :
ARMES NUCLÉAIRES - 5/03/2006


Les dangers d'une guerre nucléaire au Moyen-Orient
Michel Chossudovsy


Notes de la rédaction
Michel Chossudovsy est l'auteur du best-seller
international "The Globalization of Poverty" (titre
français: "La Mondialisation de la pauvreté") qui a
été publié en 11 langues. Il est professeur d'économie
à l'Université d'Ottawa et directeur du "Center for
Research on Globalization" (www.globalresearch.ca). Il
collabore également à l'Encyclopaedia Britannica. Son
dernier ouvrage est intitulé "America's War on
Terrorism" (Global Research, 2005).


« LA PREPARATION D'UNE VERITABLE GUERRE CONTRE L'IRAN,
AU COURS DE LAQUELLE IL SERAIT FAIT USAGE D'OGIVES
NUCLEAIRES, EST ENTREE DANS SA PHASE FINALE. Les
partenaires de la coalition, qui comprend les
États-Unis, Israël et la Turquie, sont dans un état de
préparation avancé. Divers exercices militaires sont
effectués depuis le début de 2005. De leur côté, les
forces armées iraniennes se sont livrées, en décembre
2005, à d'importantes manouvres dans le golfe persique
en prévision d'une attaque soutenue par les
États-Unis. Depuis le printemps 2005, on assiste à une
intense navette diplomatique entre Washington,
Tel-Aviv, Ankara et le quartier général de l'OTAN à
Bruxelles.

Parmi les derniers événements, il faut mentionner le
fait que le directeur de la CIA, Porter Goss, lors
d'une mission à Ankara, a demandé au premier ministre
turc Recep Erdogan un soutien politique et logistique
en vue du bombardement de cibles nucléaires et
militaires iraniennes. Goss aurait également demandé
que les services secrets turcs collaborent de manière
particulière à la préparation et à la supervision de
l'opération.

Peu de temps avant son attaque cérébrale, Ariel Sharon
avait, quant à lui, donné à l'armée israélienne le feu
vert pour commencer les attaques fin mars 2006. Tous
les hauts responsables israéliens estimaient alors que
la fin mars serait une bonne date pour une attaque
militaire contre l'Iran, car c'est à cette date que
l'AIEA doit remettre à l'ONU son rapport sur le
programme d'énergie nucléaire de l'Iran.

LE PROJET MILITAIRE SOUTENU PAR LES ETATS-UNIS A ETE
APPROUVE PAR L'OTAN MAIS ON NE CONNAIT PAS ENCORE LES
MODALITES DE LA PARTICIPATION DE L'ALLIANCE AUX
ATTAQUES AERIENNES.

Les différents aspects de l'opération militaire
relèvent tous du commandement américain et sont
coordonnés par le Pentagone et le quartier général de
l'US Strategic Command sur la base aérienne d'Offutt
dans le Nebraska. Les opérations annoncées par Israël
doivent être menées en étroite collaboration avec le
Pentagone. La structure de commandement est
centralisée et c'est Washington qui décidera in fine
de leur déclenchement.

DES SOURCES MILITAIRES AMERICAINES ONT CONFIRME QUE
L'ATTAQUE DE L'IRAN IMPLIQUERA UN IMPORTANT
DEPLOIEMENT DE FORCES SEMBLABLE AU BOMBARDEMENT «SHOCK
AND AWE» (CHOC ET EFFROI, CHOQUER POUR INSPIRER LE
RESPECT) DE L'IRAK EN MARS 2003.

Les stratèges militaires pourraient dresser une liste
de cibles en fonction des préférences du gouvernement
américain, en limitant les attaques aux installations
les plus importantes. Ou bien les USA pourraient opter
pour un nombre beaucoup plus important de frappes
dirigées contre un vaste éventail de cibles.

CONSENSUS EN FAVEUR D'UNE GUERRE NUCLEAIRE

AU SEIN DE L'UNION EUROPEENNE, AUCUNE PERSONNALITE
POLITIQUE NE S'EST OPPOSEE A LA PERSPECTIVE DE FRAPPES
NUCLEAIRES CONTRE L'IRAN. Des consultations entre
Washington, Paris et Berlin sont en cours.
Contrairement à l'invasion de l'Irak, qui fut refusée
par la France et l'Allemagne au plan diplomatique,
Washington a obtenu un consensus au sein de l'OTAN de
même qu'au Conseil de sécurité.

Ce consensus concerne également une guerre nucléaire
qui pourrait affecter une grande partie du
Proche-Orient et de l'Asie centrale. De plus, un
certain nombre de pays arabes limitrophes sont
aujourd'hui des partenaires tacites du projet
militaire américano-israélien. En novembre 2004, les
plus hauts commandants de l'armée israélienne ont
rencontré, au quartier général de l'OTAN à Bruxelles,
leurs homologues des six pays riverains de la
Méditerranée : Égypte, Jordanie, Tunisie, Maroc,
Algérie et Mauritanie. Un protocole d'accord entre
l'OTAN et Israël a été signé.

LES «FRAPPES CHIRURGICALES» SERONT PRESENTEES A
L'OPINION MONDIALE COMME UN MOYEN D'EMPECHER L'IRAN DE
FABRIQUER DES ARMES NUCLEAIRES. On nous dit que ce
n'est pas une guerre mais une opération militaire de
maintien de la paix qui consistera à bombarder les
installations nucléaires iraniennes.

Les mini-nukes sont-elles sans danger pour les
populations civiles?

L'opération militaire prévoit le recours préventif aux
armes nucléaires tactiques. Le projet militaire repose
sur la doctrine de la guerre nucléaire "préventive" de
l'Administration Bush exposée dans la Nuclear Posture
Review de 2002.

ON A RECOURU A UNE LARGE DESINFORMATION MEDIATIQUE
AFIN DE DISSIMULER LES CONSEQUENCES DEVASTATRICES
D'UNE UTILISATION D'OGIVES NUCLEAIRES CONTRE L'IRAN,
si bien que le fait que ces "frappes chirurgicales"
soient effectuées avec des armes nucléaires ne fait
actuellement l'objet d'aucun débat.
Depuis la décision du Sénat américain en 2003, les
armes nucléaires tactiques (low-yield mini-nukes =
mini-bombes nucléaires de faible puissance) de
nouvelle génération sont considérées comme "sans
danger pour les populations civiles" parce qu'elles
explosent sous terre.

Grâce à une campagne de propagande soutenue par de
soi-disant spécialistes du nucléaire, on présente les
mini-nukes comme des instruments de paix et non de
guerre. On en autorise l'emploi sur les champs de
bataille. On prévoit de les utiliser dans la prochaine
étape de la guerre américaine "contre le terrorisme"
parallèlement aux armes classiques.

L'administration américaine pense que les mini-nukes
sont plus efficaces, en tant que moyen de dissuasion,
que les armes nucléaires classiques à l'égard des
"états voyous" (Iran, Corée du Nord).

CES ARMES NUCLEAIRES SONT PRESENTEES COMME UN MOYEN DE
MAINTENIR LA PAIX ET D'EVITER LES DOMMAGES
COLLATERAUX, ALORS QUE LA PUISSANCE EXPLOSIVE DE
CHAQUE MINI-NUKE REPRESENTE LE TIERS DE CELLE DE LA
BOMBE D'HIROSHIMA, SANS COMPTER LES RETOMBEES
RADIOACTIVES POTENTIELLES.

La nouvelle définition de l'ogive nucléaire a estompé
la différence entre arme classique et arme nucléaire:
Selon Hans Kristensen, du Nuclear Information Project,
« l'arme nucléaire cesse d'appartenir à une catégorie
à part, celle d'une arme de dernier recours, pour
n'être plus qu'un outil parmi d'autres. »

NOUS NOUS TROUVONS DONC A UN TOURNANT
EXTRAORDINAIREMENT DANGEREUX DE NOTRE HISTOIRE, CAR LA
COMMUNAUTE INTERNATIONALE A DESORMAIS ENTERINE LE
PRINCIPE D'UNE GUERRE NUCLEAIRE AU NOM DE LA PAIX DANS
LE MONDE.

POURTANT, CHAQUE BOMBE NUCLEAIRE, QUELLE QU'ELLE SOIT,
REPRESENTE UN HOLOCAUSTE POTENTIEL: ELLE PEUT TUER,
DETRUIRE DES VILLES, ANEANTIR DES PEUPLES ENTIERS.

Unité de commandement pour des attaques sur Terre et
dans l'espace

Une attaque préventive avec des armes nucléaires
tactiques serait coordonnée par l'US Strategic Command
et l'Offutt Air Force Base au Nebraska en
collaboration avec des unités de commandement des
États-Unis et de la coalition du golfe Persique, de la
base militaire de Diego Garcia, d'Israël et de la
Turquie.
L'US Strategic Command a pour mandat de superviser un
"plan d'attaque global" qui prévoit à la fois
l'utilisation d'armes classiques et d'armes
nucléaires.

COMBLE D'IRONIE : en juin 2005, au début des
préparatifs de guerre contre l'Iran, l'US Strategic
Command a été défini comme étant "le premier
commandement de l'intégration et de la synchronisation
des efforts du Ministère de la Défense en vue de la
lutte contre les armes de destruction massive" !

Pour accomplir cette tâche, une toute nouvelle unité
de commandement a été créée, la Joint Functional
Component Command Space and Global Strike (JFCCSGS).
Elle a pour mission de superviser le déclenchement
d'une attaque nucléaire conformément à la Nuclear
Posture Review (NPR) adoptée par le Congrès en 2002.
Celle-ci prévoit la possibilité d'une utilisation
préventive d'ogives nucléaires non seulement contre
les "états voyous" mais contre la Russie et la Chine.

Le 18 novembre 2005, le chargé de communication de
l'US Strategic Command a annoncé que la nouvelle unité
(le JFCCSGS) remplissait officiellement les conditions
nécessaires pour pouvoir se dire opérationnelle. Une
semaine avant cette annonce, l'unité achevait un
exercice de poste de commandement baptisé "Global
Lightning".

«Les performances de l'unité durant l'exercice Global
Lightning ont montré qu'elle était prête à réaliser sa
mission consistant à prouver ses capacités de frappe
intégrée dans le monde et dans l'espace, afin de
dissuader les agresseurs et, si l'ordre en est donné,
de vaincre l'adversaire au moyen de mesures globales
communes visant à appuyer l'US Strategic Command de
manière décisive», a-t-il ajouté sans donner de
détails sur les "prochaines missions" de cette unité
de commandement qui compte environ 250 personnes.

Des spécialistes du nucléaire et des sources
gouvernementales ont précisé que l'une de ses
principales missions serait de "mettre en oeuvre la
stratégie nucléaire visant à attaquer des états voyous
avec des armes de destruction massive".

CONCEPT PLAN (CONPLAN) 8022

Le travail du JFCCSGS est dans un état de préparation
avancé en ce qui concerne le déclenchement d'attaques
visant l'Iran ou la Corée du Nord. La mise en ouvre
opérationnelle d'une attaque globale est appelée
Concept Plan (CONPLAN). Le Concept Plan est décrit
comme "un plan concret que la marine et l'armée de
l'air traduisent en attaques coordonnées de leurs
sous-marins et de leurs bombardiers." Il est également
présenté comme "le plan général des scénarios
stratégiques préparés qui impliquent l'usage d'armes
nucléaires".

La mission du JFCCSGS est de mettre en oeuvre le
CONPLAN 8022, dirigé contre l'Iran, c'est-à-dire de
déclencher une guerre nucléaire contre l'Iran. Le
Commandant en chef des Forces armées, en l'occurrence
George W. Bush, chargerait le Secrétaire à la Défense
qui, à son tour, chargerait les chefs d'état-major des
trois armées de l'activer.

LE ROLE D'ISRAËL

Depuis la fin de 2004, Israël stocke des armes
classiques et nucléaires "made in USA" en prévision
d'une attaque contre l'Iran. Ce stockage, financé par
l'aide militaire américaine, était quasi-terminé en
juin 2005.

Israël a reçu des États-Unis plusieurs milliers
"d'armes intelligentes" pouvant être lancées depuis
des avions, dont quelque 500 bombes anti-bunker qui
peuvent également être utilisées comme vecteurs de
bombes nucléaires tactiques.

La bombe B61-11 est la "version nucléaire" de la BLU
113 classique. Elle peut être lancée à peu près de la
même manière que les bombes anti-bunker classiques. En
outre, comme on l'a appris à la fin de 2003, des
sous-marins Dolphin israéliens équipés de missiles
Harpoon américains armés d'ogives nucléaires sont
actuellement dirigés vers l'Iran.

EXTENSION DE LA GUERRE

L'IRAN A CONFIRME QU'IL RIPOSTERAIT S'IL ETAIT ATTAQUE
en lançant des missiles balistiques sur Israël (CNN,
février 2005). Ces attaques pourraient aussi viser des
installations militaires américaines en Irak et dans
le golfe Persique, ce qui conduirait immédiatement à
un scénario d'escalade militaire et à une guerre
totale.

La participation de la Turquie à l'opération militaire
américano-israélienne résulte d'un accord conclu
l'année dernière entre Ankara et Tel-Aviv. Plus
récemment, Téhéran a renforcé sa défense aérienne en
achetant 29 systèmes anti-aériens russes Tor M-1. En
octobre dernier, avec la collaboration de Moscou, une
fusée russe a placé en orbite un satellite espion, le
Sinah-1.
Le Sinah-1 n'est que le premier de plusieurs
satellites iraniens qui doivent être mis en orbite par
les Russes au cours des prochains mois. Ainsi, l'Iran
possédera bientôt un réseau de satellites constituant
un système de préalerte en cas d'attaque israélienne,
bien qu'il s'agisse là de peu de chose en regard des
puissants espions aériens israéliens et américains
capables de détecter les moindres mouvements de la
barbe des mullahs de Téhéran. De plus, selon le Sunday
Times, la Russie a signé à la fin du mois dernier un
contrat d'un milliard de dollars portant sur la vente
à l'Iran d'un système de défense moderne capable de
détruire des missiles guidés et des bombes guidées au
laser. Il sera opérationnel au cours des prochains
mois.

GUERRE TERRESTRE

Bien que le CONPLAN n'envisage pas une guerre
terrestre, les bombardements aériens pourraient y
mener. Des troupes iraniennes pourraient passer la
frontière avec l'Irak et s'opposer aux forces de la
coalition en Irak. Des troupes israéliennes et/ou des
forces spéciales pourraient entrer au Liban et en
Syrie. Actuellement, Israël prévoit d'effectuer des
exercices militaires et de déployer des forces
spéciales dans les régions montagneuses de Turquie qui
jouxtent l'Iran et la Syrie, cela avec la
collaboration du gouvernement d'Ankara.

La presse arabe a publié divers articles indiquant
qu'Ankara est disposé, du moins en principe, à engager
des négociations sur la mise à disposition de ses
espaces terrestre et aérien pour des opérations
dirigées contre l'Iran.

CONSEQUENCES

LES CONSEQUENCES DE TOUT CELA SONT EFFRAYANTES.

L'Europe de l'Ouest et l'Amérique du Nord sont
parvenues à un consensus concernant des attaques
aériennes au moyen d'armes nucléaires tactiques sans
prendre en compte leurs effets dévastateurs. En fait,
la "communauté internationale" a tout simplement
accepté l'éventualité d'un holocauste nucléaire.

Cette aventure militaire motivée par la recherche du
profit est une menace pour l'avenir de l'humanité. Ce
qu'il faut dans les mois qui viennent, c'est un grand
mouvement, national et international, qui brise la
conspiration du silence, qui reconnaisse les dangers,
qui mette ce projet de guerre au centre des débats
politiques et de l'attention des médias, à tous les
niveaux, qui exige des chefs politiques et militaires
qu'ils prennent position contre cette guerre nucléaire
patronnée par les États-Unis. En dernière analyse, ce
qu'il faut, c'est de lourdes sanctions internationales
à l'encontre des États-Unis et d'Israël. »

Michel Chossudovsy - 3 janvier 2006
Extraits de l'article : « La guerre nucléaire contre
l'Iran »
http://www.globalresearch.ca

Article original, source et auteur
http://www.globalresearch.ca/index.php?context=viewArticle&code=20060222&articleId=2032

Sucre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sucre

avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Re: IRAN: conflit programmé et manipulation   Ven 9 Juin à 2:13

Citation :
Géopolitique: Guerre contre l'Iran, les USA vont tester dans le désert du Nevada la "plus grosse explosion conventionnelle jamais enregistrée"
(Jane's Intelligence Digest)
date: 2006-05-16 | rapporteur d'info: nicolas


Bruits de guerre
Armes de destruction massive


Le Jane's Intelligence Digest rapporte que "les Etats-Unis vont procéder à un essai d'explosif à forte puissance au mois de juin sur le complexe U16B du site d'essais du Nevada pour déterminer l'efficacité d'une grande bombe conventionnelle sur des cibles souterraines fortifiées".

L'explosion "représentera l'équivalent de 0,5 kilotonne, soit la plus forte explosion conventionnelle jamais enregistrée". Elle portera comme nom de code "Divine Strake". Ce test intervient au moment où des frappes contre l'Iran sont de plus en plus à l'ordre du jour pour débunkériser des installations nucléaires pouvant parfois être enfouies sous 25 mètres de terre, de ciment et de béton.

Le test ne sera pas effectué à l'aide d'une bombe conventionelle, mais consistera en l'explosion de 700 tonnes de nitrate d'ammonium et d'essence (ANFO) déclenchés par 136 kg d'explosif C-4. Cette explosion équivaudra à 500 tonnes de TNT

A priori les essais prévus ont été reportés :
Voir : (en anglais) http://www.heraldextra.com/content/view/180144/3/

Citation :
KEN RITTER - The Associated Press
LAS VEGAS -- The federal government on Friday indefinitely postponed a massive explosion that planners said would generate a mushroom cloud over the Nevada desert and critics feared would spread radioactivity across the West.

Officials said delaying the non-nuclear explosion dubbed "Divine Strake" would allow time to answer legal and scientific questions about whether it would kick up radioactive fallout left from nuclear weapons tests conducted at the Nevada Test Site about 85 miles northwest of Las Vegas.

"The previously announced date of no later than June 23 is no longer accurate," said Darwin Morgan, spokesman for the National Nuclear Security Administration in North Las Vegas. "The experiment will be scheduled at a date later to be announced pending the legal action."

Anti-nuclear activists, an Indian tribe and Utah and Nevada congressional lawmakers have pressed the government to address safety concerns raised since James Tegnelia, director of the federal Defense Threat Reduction Agency, said the blast "is the first time in Nevada that you'll see a mushroom cloud over Las Vegas since we stopped testing nuclear weapons." He later retracted the statement, saying it was inaccurate.

A federal judge in Las Vegas let government lawyers on Friday withdraw a finding that there would be "no significant impact" from the blast without acknowledging any shortcomings alleged in a lawsuit filed by the Winnemucca Indian Colony and several Nevada and Utah "downwinders."

U.S. District Court Judge Lloyd George said he wanted questions about the test resolved.

"You tell the bureaucrats that the time has come for this thing to move in a timely fashion," the judge told Justice Department lawyers as he canceled a June 8 hearing but called for written filings from both sides within four weeks.

"I will not endure delay after delay," the judge said.

The explosion was first scheduled June 2 and delayed to June 23 to allow time for a court review of the lawsuit filed by Reno-based lawyer Bob Hager. The suit claims the federal government failed to complete required environmental studies before planning to detonate the 700-ton ammonium nitrate and fuel oil bomb.

Designers said the blast would be of the same material but some 280 times larger than the bomb that destroyed the Alfred P. Murrah Federal Building in Oklahoma City in 1995.

"This is the second time they have announced the intention to explode this bomb at the Test Site and the second time that we've stopped them," Hager said. "Until they do the science right, they'll never be allowed by the court to do this test, and that's the way it should be."

A spokesman for the federal Defense Threat Reduction Agency declined comment. The agency has said the explosion would help gather data about penetrating hardened and deeply buried targets.

Critics have called the planned blast a surrogate for a low-yield nuclear "bunker-buster" bomb.

This week Hager filed an affidavit from John Burroughs, executive director of the Lawyers' Committee on Nuclear Policy in New York, calling the test "wholly inconsistent" with U.S. nuclear weapons nonproliferation treaty obligations.

Hager also submitted opinions from experts, including Richard Miller of Houston, author of the "U.S. Atlas of Atomic Fallout," and Dr. Thomas Fasy, a board member of Physicians for Social Responsibility in New York City, that the blast posed a risk of increased cancer to people living downwind of the Test Site.

The planned blast rekindled fears of illness among "downwind" residents in Nevada, Utah and Arizona who recalled government assurances that nuclear tests in the 1950s and early 1960s posed no risk. Since 1990, the Radiation Exposure Compensation Act has provided for payments to downwinders who contracted certain cancers and other serious diseases.

Opponents have collected signatures in Utah to block the explosion, and a Memorial Day weekend protest is planned at the Nevada Test Site.

Nevada Sen. Harry Reid, the Democratic Senate minority leader, and Sen. Orrin Hatch, R-Utah, and Rep. Jim Matheson, D-Utah, issued statements welcoming the delay.

"We have always been concerned about background radiation at the site," Hatch said. "We have been repeatedly told ... that this was not a concern. But since we've asked them to back up their conclusions with scientific evidence, it looks like our concerns are justified."

A spokeswoman for Utah Sen. Bob Bennett, R-Utah, said the postponement showed explosion planners were "proceeding responsibly and with appropriate caution."

AP Writers Erica Werner and Jennifer Talhelm contributed to this report.

This story appeared in The Daily Herald on page A1.

Sucre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: IRAN: conflit programmé et manipulation   

Revenir en haut Aller en bas
 
IRAN: conflit programmé et manipulation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une simulation d'attaque ciblée sur l'Iran
» Création scénarios/éléments de décors/zones de conflit
» [Livres] La Perse et l'Iran, approche basique et appronfondissement
» Films sur la guerre Iran-Irak
» Manipulation de l'opinion, un éclairage par Noam Chomsky

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anti-illuminati : le forum :: Géopolitique-
Sauter vers: